topblog Ivoire blogs

17/01/2012

France : Quand la bataille médiatique rattrape l'élysée

Perte du AAA : Fillon et Copé dénoncent un "petit tsunami médiatique indécent"

Fillon.jpg

Le premier ministre, François Fillon, en réponse à une question du patron de l'UMP, Jean-François Copé, a de nouveau dénoncé, mardi 17 janvier à l'Assemblée nationale, la réaction de la gauche à la dégradation de la note de la France, la qualifiant de "petit tsunami médiatique qui était par moments aussi indécent que déplacé".

Le député de Seine-et-Marne et maire de Meaux avait aussi fustigé, dans sa question, les réactions socialistes, en particulier celle du candidat à la présidentielle François Hollande : "J'ai été comme beaucoup indigné de voir M. Hollande, depuis les Antilles, dans une salle, il est vrai, à moitié vide, penser que ce qui est une mauvaise nouvelle pour la France serait une bonne nouvelle pour lui".

"TRÈS GRANDE INCERTITUDE"


Pour François Fillon, qui a rappelé les différentes décisions prises par les trois principales agences vis-à-vis du triple A français, Standard & Poor's, Moody's et Fitch, "à leur manière, disent la même chose".

"Elles disent qu'il y a une très grande incertitude qui pèse sur l'économie européenne, et il est donc parfaitement inutile de se jeter avec gourmandise sur leurs jugements pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas", a-t-il plaidé.

Evoquant notamment la légère baisse des taux d'emprunt à 10 ans pour la France, il a argué que, "pour une fois", les marchés avaient "été un peu moins erratiques que les responsables politiques".

"CHERCHER LA CROISSANCE"


"Notre pays a (...) besoin d'unité nationale. Nous ne demandons pas à l'opposition d'approuver nos choix et notre bilan, nous lui demandons simplement de ne pas aggraver les difficultés de notre pays", a encore clamé le premier ministre, longuement applaudi sur les bancs de la majorité.

A la veille du sommet sur la crise à l'Elysée, M. Fillon a en outre fait valoir que celui-ci devait permettre "de regarder avec les partenaires sociaux comment la France peut aller chercher la croissance en améliorant [sa] compétitivité". "Désormais, la priorité doit être à la recherche de la croissance", a-t-il insisté.

source lemonde.fr

NB: Ils détruisent les pays Africains et parlent 'unité nationale chez eux. Quand est ce que les Africains vont se reveiller? Car ce jour là, la france sombrera.

Les commentaires sont fermés.