topblog Ivoire blogs

27/01/2012

Côte d'Ivoire : Enfin Alassane Ouattara reconnait sa minorité

ouattara-sarkozy.jpg
Dans une interview parue dans l'express du 25 janvier 2012, suite à sa visite en France, Alassane Ouattara affirme haut et fort et fierement qu'il n'est representatif que de 40% de la population ivoirienne (les gens de sa communauté). Il est donc président avec 40%. Dans la démocratie de l'ONU, en effet c'est une minorité qui gouverne le monde (les 6 qui ont le droit de véto). Comment serait-il autrement si l'ONU certifie des élections dans un pays? Enfin, les vrais chiffres commencent à sortir. Comme quoi, "on ne peut pas cacher le soleil avec la main" dit un adage de chez nous.
Cette vérité même les pro-ouattara de l'hexagone, les blancs commencent à en parler, par ce titre évocateur de l'interview d'ADO au pays du colon Sarko qui suit:

Côte d'Ivoire: Ouattara veut "protéger les minorités"
ADO.jpg
Selon Ouattara, la communauté acquise à sa cause represente 40% de la population ivoirienne.
Ces propos: Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40 % de la population, étaient exclues des postes de responsabilité
Il veut traverstir dejà l'histoire que nous vivons encore, pas un passé mais un présent. "quelle hypocrisie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!". Il oublie que il est là où il est, grace à la volonté d'un seul homme, le Président Laurent Gbagbo. Mais bon qu'est ce que vous voulez, la vie est ainsi faite, l'hypocrisie c'est le fort des français, les alliés d'ADO pris par les couilles (Dominique).

Lisez plutôt:

En exclusivité pour L'Express, le chef de l'Etat ivoirien en visite en France ce mercredi répond point par point aux griefs que suscite son action.

La réconciliation

Elle ne devient réalité que lorsque les uns et les autres se sentent en paix et en sécurité. Il faut avant tout améliorer les conditions de vie, restaurer les pistes, bâtir des centres de santé ou des écoles. Voilà pourquoi j'ai retardé ma visite dans l'Ouest, initialement programmée en octobre dernier, et que j'accomplirai en mars : une telle tournée coûte l'équivalent de 2 millions d'euros. Or je ne veux pas, comme Laurent Gbagbo, engloutir 90 % de ce budget dans le dispositif de sécurité et l'intendance. Qu'est-ce que j'apporte aux populations ? Voilà la question. D'abord, du concret sur le terrain."

L'impasse foncière

Nous devons inventer quelque chose de nouveau sur le droit de propriété

"Il faut avoir le courage de s'attaquer enfin au problème du foncier rural, ce que personne n'a fait jusqu'alors. Je vais le régler, d'autant que je dispose d'une majorité solide à l'Assemblée. Les ministres de la Justice et de l'Agriculture auront pour mission de définir le cadre de la réforme. Il y aura des décisions difficiles à prendre, mais nous devons inventer quelque chose de nouveau sur le droit de propriété."

La citoyenneté

"Il est grand temps aussi de résoudre la question de la nationalité. Ce n'est pas parce qu'on se nomme Ouedraogo ou Diop qu'on ne peut être citoyen ivoirien. Ceux qui prétendent qu'il y a un problème religieux dans ce pays font erreur. En revanche, il y a des problèmes ethniques. Chez nous, un dixième de la population est éparpillé en une cinquantaine d'ethnies. Les minorités ont une peur bleue de la majorité. Il faut donc tout faire pour les protéger. La Constitution et le Code électoral doivent mieux garantir leurs droits."

L'insécurité dans l'Ouest

"Nous sommes en train de rétablir l'ordre. La situation s'est améliorée le long de la frontière libérienne. La gendarmerie et la police ont été redéployées partout. Reste l'écueil de leur armement, bloqué pour l'heure par l'embargo onusien. Dans deux mois, ces forces recevront les armes légères dont elles ont besoin. A ce stade, dans les chefs-lieux, nos gendarmes n'ont ni locaux ni moyens de transport. Même si là encore il y a du mieux, notamment grâce aux véhicules donnés par la France."

La nomination de nordistes aux postes clefs

Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40 % de la population, étaient exclues des postes de responsabilité


"Il s'agit d'un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40 % de la population, étaient exclues des postes de responsabilité. S'agissant des hauts cadres de l'armée, j'ai eu à négocier avec les officiers des ex-Forces nouvelles [FN, ancienne rébellion nordiste], qui voulaient tous les postes. Et j'ai réussi à imposer cet équilibre dans la hiérarchie militaire, jusqu'au niveau de commandant : le n° 1 issu des FN, flanqué d'un n° 2 venu de l'ancienne armée régulière. Tous grades confondus ; il y a 12 % de nordistes dans la police, 15 % dans la gendarmerie et 40 % environ dans l'armée... Sur ce terrain-là, on ne peut rien me reprocher."

Une "justice des vainqueurs"?

Si certains chefs militaires ont failli, ils seront démis, arrêtés et jugés


"J'ai mis en place une commission nationale d'enquête, qui rendra son rapport d'ici à la fin de février. Les individus incriminés seront jugés sur la base de ce document, et non à partir d'études rédigées par des ONG des droits de l'homme dont les équipes ont passé une semaine ou dix jours en Côte d'Ivoire. Si certains chefs militaires ont failli, ils seront démis de leurs fonctions et arrêtés. Dans un régime présidentiel, je peux mettre fin par décret, si besoin, au mandat de tel ou tel."

La réforme de l'armée

"Un chantier essentiel. Il y aura refonte de l'état-major et encasernement des soldats. Un corps de réservistes, formés et encadrés, aura vocation à participer à des travaux de développement. De même, nous créerons un fonds de rachat des armes. Tous les combattants d'hier veulent devenir membres de l'armée nouvelle, mais tous ne le seront pas. S'agissant des accrochages récents entre civils et militaires, j'ai convoqué il y a peu tous les généraux pour leur dire ceci : "S'il n'y a pas d'amélioration notable en la matière dans les trois mois, je mets un terme à vos fonctions."

source: lexpress.fr

Les commentaires sont fermés.