topblog Ivoire blogs

18/04/2013

France - Côte d'Ivoire : Franc-maçonnerie; vers une guerre des loges en Côte d'Ivoire ?

Franc-maçon2.jpg

En Côte d'Ivoire, la montée en puissance de la loge américaine Prince Hall met en évidence le désir de couper le cordon ombilical avec les obédiences françaises.





CLOTAIRE MAGLOIRE COFFIE (GLS-CI).jpg
Il y a encore dix-huit mois, la Grande Loge de Côte d'Ivoire (GLCI) ronronnait doucement. Quelque 400 membres actifs et un grand maître, Magloire Clotaire Coffie, réputé indéboulonnable depuis plus de trente ans... Beaucoup disaient : « Clotaire a survécu aux régimes d'Houphouët, Bédié, Gueï et Gbagbo. Il ne peut plus rien lui arriver. » Qui plus est, ses liens avec la toute-puissante Grande Loge nationale française (GLNF) - classée à droite - semblaient rendre la GLCI invincible. Les deux loges pouvaient snober avec superbe toutes les rencontres organisées en Afrique par les autres obédiences, comme les dernières Rencontres humanistes et fraternelles africaines et malgaches (Rehfram) de Kinshasa. Jusqu'à l'an dernier, tout allait bien...


François FM.jpg
Premier coup dur, début 2012 : la grande soeur de France, la GLNF de François Stifani, avocat d'affaires niçois proche de Nicolas Sarkozy, se déchire. À Paris, Alain Juillet, un ancien chef des services secrets français - et neveu de Pierre Juillet, l'ex-mentor de Jacques Chirac -, lance avec succès une loge concurrente, la Grande Loge de l'alliance maçonnique française (GLAMF), qui attire très vite un bon tiers des membres de la GLNF. En septembre 2012, catastrophe : la maison mère de toutes les loges maçonniques, la Grande Loge unie d’Angleterre (GLUA), retire sa reconnaissance à la GLNF – la seule obédience française qui pouvait s’en prévaloir. Depuis six mois, Clotaire ne sait plus à quelle obédience se vouer. Un Grand Maître provincial de la GLCI confie : « Comme on est très attaché à la France, on attend que les problèmes se règlent ».

Dissidence


Franc-maçon3.jpg
Second coup dur pour le vieux Magloire Clotaire Coffie : à Abidjan, un dissident impatient de lui prendre le « maillet » de grand maître, l'avocat Louis Metan, part avec une cinquantaine de frères ivoiriens et crée une nouvelle loge. Scandale : il ne se rapproche pas d'une autre obédience française, comme le Grand Orient de France - classé à gauche -, mais de Prince Hall, la loge la plus influente outre-Atlantique chez les Africains-Américains, notamment à la CIA et au Pentagone. En juin, lors d'un voyage à Houston, Me Metan obtient même de la Grande Loge Prince Hall du Texas le droit de créer à Abidjan une petite soeur, la Grande Loge Prince Hall de Côte d'Ivoire. En décembre, Clotaire contre-attaque. Il part à Washington pour faire retirer la patente Prince Hall à la loge de Metan. L'affaire est toujours pendante, mais le fait est là : les frères américains, déjà très puissants au Liberia, ont désormais un cheval de Troie en Côte d'Ivoire, où ils se retrouvent en situation d'arbitres.

Bien sûr, tout cela n'est pas mortel. Installé dans son restaurant sur la route de Bassam, Clotaire continue de recevoir les frères de sa loge, qui l'appellent « papa ». Le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko, le directeur de cabinet à la présidence Marcel Amon Tanoh... De nombreux poids lourds du nouveau régime ivoirien, dont certains ont été initiés par Djibrill Bassolé, le ministre burkinabè des Affaires étrangères, appartiennent à la GLCI. Preuve de sa capacité de résistance : la loge ivoirienne vient de recruter le procureur de la République d'Abidjan-Plateau, Simplice Kouadio Koffi.

Mais la dissidence de Louis Metan révèle l'existence d'un vrai malaise dans l'univers maçonnique ivoirien. La GLCI a beau dire que les faux frères de Prince Hall sont manipulés par le camp Gbagbo, ce n'est pas si simple. Comme les loges du Gabon et du Congo-Brazzaville, la GLCI est gangrenée par des affairistes qui cherchent avant tout à se rapprocher du pouvoir en place. « Dans certains pays africains, les intellectuels constatent qu’il est impossible d’envisager une carrière professionnelle ou politique sans être maçon », s’indigne Robert Dulas, un ancien « officier » de la GLNF, qui est aujourd’hui Grand Maître de la Grande Loge des maçons réguliers de France (GLMRF). C’est la fameuse maçonnerie du ventre. « Les maçons sont partout, la maçonnerie nulle part », soupire Joseph Badila, l’un des fondateurs du Grand Orient à Brazzaville.
Franc-maçon4.jpg









Franc-maçon5.jpg
Franc-maçonnerie : petit bréviaire du futur initié

Le parcours du futur initié n'est pas forcément très long, mais il répond à des étapes bien précises. Petite révision des bases de la franc-maçonnerie.

Parrain

Approché par un frère qui s'est « dévoilé » ou candidat spontané, le sujet est présenté devant une loge maçonnique. Celui qui sert d'intermédiaire joue alors le rôle de « parrain ».

Vénérable

C'est le maître maçon, qui a une entrevue avec l'aspirant en vue d'examiner sa détermination. Celui-ci doit rédiger une notice autobiographique et fournir un certain nombre de documents (CV, casier judiciaire...).

Les trois frères

À tour de rôle, trois francs-maçons qui ne se connaissent pas sont chargés de rencontrer le futur apprenti afin de l'« enquêter ». Ils rédigent chacun un rapport sur l'individu, « l'homme moral » et « l'homme social ».

Bandeau

Les rapports sont lus devant « l'atelier » afin de déterminer l'aptitude à « passer sous le bandeau ». Cet ultime préliminaire à l'initiation consiste en un interrogatoire du prétendant à qui on prend le soin de bander les yeux.

Boules noires, boules blanches...


Le néophyte est conduit hors du temple après avoir été questionné sous tous les angles. Les frères engagent alors un débat et procèdent à un vote qui valide l'admission. La boule noire représente le refus, la blanche l'acceptation. À plus d'un quart de noires, le postulant est blackboulé, c'est-à-dire refusé.

Les trois voyages

Au cours d'un stage, l'impétrant rédige son « testament philosophique ». S'ensuivent trois voyages initiatiques symbolisant trois stades de la vie (enfance, adolescence, âge adulte). Ils sont ponctués par des épreuves consistant en une rencontre avec les différents éléments.

Serment

Les yeux bandés de nouveau, le candidat prête son « obligation ». Il jure d'observer le secret et de défendre la laïcité. Le serment est prononcé main posée sur les outils maçonniques et sur un livre de la loi. En lui ôtant son bandeau, le parrain lui « donne la lumière ». Le vénérable adoube le frère, reconnu par les siens.
La franc-maçonnerie pour les nuls

Obédience

Ensemble ou fédération de loges (ateliers) qui ont choisi de se rattacher à une même autorité maçonnique. Il faut au minimum trois loges pour constituer une obédience.

Loge (ou atelier)

Groupe d'au moins sept maçons, régulièrement initiés. Pour être légitime, une loge doit avoir reçu du grand maître d'une obédience légitimée un droit de pratiquer le rite (patente) et s'acquitter d'une contribution.

Triangle

Groupe de maçons de moins de sept membres.

Patente

Acte de constitution d'une loge ou d'une obédience délivré par une puissance maçonnique souveraine. Rite. Organisation des degrés et de leurs rituels correspondants.

Tenue

Réunion rituelle de maçons au temple.

Grand Orient de France (GOF)

Cette loge d'environ 50 000 initiés possède une philosophie plutôt athée et se classe à gauche.

Grande Loge nationale française (GLNF)

Elle compterait quelque 25 000 membres et se situe plutôt à droite sur l'échiquier politique.


Franc-maçon.jpg
Franc-maçonnerie : la Françafrique sous le maillet

Invité à une « tenue blanche fermée » qui a tourné à une attaque contre Nicolas Sarkozy sur fond de Côte d'Ivoire, notre confrère de RFI a recueilli les paroles de « frères » qui haussent le ton.

Les organisateurs auraient voulu choisir la date la plus opportune pour leur « tenue blanche fermée » (TBF) qu'ils ne s'y seraient pas pris autrement. Quand en grande pompe le 18 janvier dernier, rue Cadet à Paris, le Grand Orient de France accueillait cette conférence-débat consacrée à « la Françafrique », l'intervention militaire française au Mali n'en était qu'à sa première semaine. Les derniers lampions de la Saint-Sylvestre à peine éteints, la France débutait l'année en guerre, et l'Afrique occupait comme jamais le devant de la scène politico-médiatique. Programmée plus de un mois auparavant, cette réunion d'ampleur ne pouvait mieux - ou plus mal - tomber pour la principale obédience maçonnique française. Cela pouvait casser, mais c'est passé.

Sur le carton d'invitation, les « frères trois points » avaient sorti le code des grands soirs. « À l'occasion du 22e anniversaire de l'allumage de ses feux, la R...L... "Pourquoi pas ?" (et cinq autres loges invitantes : Ulysse, les enfants d'Éole, Hélios, le Temple de l'homme 777, République, Freedom of Conscience et Via Universalis) [...] ont le plaisir de vous convier [...] en présence du T...Ill...F... Franco CAP... Premier G...M...A... du G...O...D...F... » Triangles de points comme s'il en pleuvait, parcours fléché pour initiés et, en bas de page, une adresse internet réservée aux inscriptions préalables, indispensables.

Enfilade d'épées et de flambeaux


Car, pour accueillant qu'il soit, le temple Arthur-Groussier n'est pas un moulin. Lors d'une TBF, n'y entre pas qui veut. Les maçons avaient sorti la tenue des grands soirs pour accueillir les conférenciers, l'écrivain et journaliste Pierre Péan et l'auteur de ces lignes, venu dire à ses hôtes qu'en intervenant comme elle l'avait fait en Côte d'Ivoire la Françafrique avait tout de même poussé le bouchon trop loin.

Pour le conférencier qui franchit la double porte de l'illustre cénacle, une TBF s'ouvre d'abord sur une enfilade d'épées et de flambeaux brandis par deux haies de personnages en tenue d'apparat, encadrant une allée en damiers menant à l'estrade nichée dans l'alcôve terminale, où un « président » en gants blancs, entouré de vénérables maîtres et de greffiers, sous un buste de Marianne, attend de présenter ses invités à la silencieuse assistance. Ce qui s'est dit ce soir-là sous les symboles émaillant la voûte du temple Arthur-Groussier ne saurait être relaté.

Sensible

Le débat ayant suivi nos interventions a toutefois suscité depuis tant de commentaires et de réactions chez les maçons férus d'Afrique que - chose singulière - plusieurs participants africains ont décidé, ici, de jeter bas le masque et haut le verbe pour évoquer cette TBF. À commencer par Michel Langa. D'origine centrafricaine, cet avocat de 49 ans n'était autre que le « président » de la TBF. Les gants blancs, c'était lui. Vénérable de la loge Pourquoi pas ?, il dirige cette association dépendant du Grand Orient de France et dont les membres sont essentiellement africains. Dans les années 1990, Pourquoi pas ? était une commission Afrique du GOF, avant d'être transformée en loge à vocation humanitaire. Une conférence-débat sur la Françafrique ? « C'était très, très sensible, dit-il. Le 17 décembre 2012, après la visite préparatoire du temple avec Pierre Péan et vous-même, je suis retourné à mon cabinet dans le 18e arrondissement de Paris. J'ai trouvé la porte fracturée, j'ai déposé plainte pour tentative d'effraction. »

Simple coïncidence ou vraie pression ? Le frère Michel a comme un doute. Car, complète-t-il, « le site internet créé uniquement pour les inscriptions à cette TBF a été piraté, alors qu'il était sécurisé ». Pas de quoi, en tout cas, intimider maître Langa, qui a déjà oublié les 1 600 euros facturés par son serrurier pour la réparation de sa porte. Car « il y avait plus de 300 inscrits, pour une capacité de 270 participants. L'Afrique centrale était bien représentée. Des frères venus d'Autriche, de Belgique et d'Allemagne étaient également présents », lance-t-il, un éclair de fierté au fond des yeux.

Célestin Bamboute ne dit pas autre chose. Franc-maçon au GOF depuis une quinzaine d'années, cet inspecteur des finances publiques, d'origine centrafricaine lui aussi, a été la cheville ouvrière de la TBF. « Nous avons cherché à identifier toutes les personnes qui venaient, explique-t-il. Je craignais les provocations, les débordements. » Mais si la Françafrique sent le souffre, la réunion du 18 janvier aura déjoué les craintes de frère Célestin.

Car c'est surtout de Côte d'Ivoire qu'il a été question ce soir-là. « Des hommes d'affaires vivant à Abidjan ont assisté à la TBF », s'enorgueillit Luc Gohou. Ancien responsable en Île-de-France du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo, ce cadre du tourisme, maçon au GOF depuis un quart de siècle, tient aujourd'hui à lancer un « appel aux francs-maçons ». Il souhaite qu'ils organisent ce genre de réunions pour qu'à l'avenir « on arrive à trouver des solutions pacifiques dans nos différents pays, puisque ce soir-là pratiquement toute l'Afrique était représentée ». Bienveillantes paroles publiques, nécessairement plus « diplomatiques » que d'autres, entendues ce même soir de janvier. Lors d'une TBF, on met les pieds dans le plat.

"Ma porte a été fracturée, et notre site piraté"

Quand il s'est levé pour prendre la parole, ce franc-maçon français initié il y a trente-cinq ans en terre ivoirienne, ancien professeur à l'université d'Abidjan, n'a pas eu de mots assez durs à l'endroit des amis de vingt ans que sont Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara. Aujourd'hui encore, il persiste et signe. « J'ai été témoin de faits allant dans le sens qui me semblait se dégager durant cette TBF, dit-il, c'est-à-dire l'évidence que les élections ont été truquées, que la France est intervenue en amont du processus, et qu'il y avait un parti pris très net depuis le début. » À l'inverse de ses frères africains, il préfère conserver l'anonymat. Pour mieux libérer sa parole. « Ayant été choqué par l'intervention directe et brutale de la France, qui a abouti à la prise de Gbagbo, j'ai tenu à témoigner », s'indigne-t-il en fustigeant les « agissements » de l'ancien président Sarkozy et en évoquant les « mallettes de la République » chères à Pierre Péan. « N'importe quel maçon est très attaché à la question des droits de l'homme, modère Célestin Bamboute. En tant que franc-maçon, je dis qu'on souhaiterait que la sérénité puisse l'emporter » en Côte d'Ivoire.

Mais si les oreilles de Nicolas Sarkozy ont dû siffler ce soir-là, celles de François Hollande ne sont pas tout à fait en reste au GOF aujourd'hui. Certes, sous les voûtes de la rue Cadet, l'intervention militaire française au Mali a été saluée et même qualifiée de « contraire de la Françafrique ». Mais cet autre franc-maçon qui sillonne l'Afrique depuis 1977 estime à présent qu'on ne peut que « déplorer la cécité du nouveau pouvoir socialiste français face aux exactions permanentes du régime d'Abidjan, dénoncées maintenant par Amnesty International ». Une inaction guère moins condamnable à ses yeux que l'action passée de la France en Côte d'Ivoire. Ainsi va l'Afrique. Qu'elle sorte les missiles ou qu'elle reste coite, la France est à l'index, et le village africain, lui, « fait palabre ». La France, ou plutôt, souligne Pierre Péan, le « faux nez » de la Françafrique.

Le 18 mai, le Groupe fraternel d'étude des questions africaines (GFEQA) organise une conférence-débat sur l'Afrique réservée aux francs-maçons. Elle se tiendra à la Grande Loge de France, 9, rue Puteaux, 75017 Paris. Elle sera animée par Norbert Navarro.

Source jeuneafrique


Les commentaires sont fermés.