topblog Ivoire blogs

22/05/2013

Côte d'Ivoire: Au dramanistan, adoraland, mossikro ou djoulabougou, le cacao se paye maintenant comme de la kola

cote d'ivoire,cacao,campagne,achat,alassane dramane ouattara,prix,ccc,lambert kouassi konan,massandjé touré
Ils sont en train de distraire les gens avec leur acolyte Amadé Ouérémi, tandis que le brave peuple de Côte d'Ivoire, les planteurs de cacao sont abandonnés à leur triste sort. Leur cacao est acheté comme de la kola.cote d'ivoire,cacao,campagne,achat,alassane dramane ouattara,prix,ccc,lambert kouassi konan,massandjé touré

- La campagne intermédiaire n'étant pas financée, chaque acheteur y va avec son prix d'achat.

- Les fèves de cacao sont tamisées (triées) par les acheteurs pour respecter une certaine norme imposée par le régime alors que tout le monde sait que les fèves de la petite traite sont plus petites.

- Les FRCI rackettent acheteurs et planteurs en toute impunité dans les campagnes.


Voici ci-dessous l'annonce de la campagne intermédiaire par les autorités de l'état:


Côte d'Ivoire : Le prix du kilo de cacao en baisse pour la campagne intermédiaire
ABIDJAN (Xinhua) - Le prix du kilogramme de cacao en Côte d'Ivoire est fixé à 700 francs CFA pour la campagne intermédiaire qui s'ouvre lundi contre 725 francs CFA à l'ouverture de la grande campagne en octobre dernier.

L'annonce a été faite vendredi à Abidjan par l'organe de gestion de la filière, le Conseil du café-cacao.
cote d'ivoire,cacao,campagne,achat,alassane dramane ouattara,prix,ccc,lambert kouassi konan,massandjé touré
"Le Conseil du café-cacao a fixé à 700 francs CFA le prix du kilogramme du cacao pour la saison intermédiaire qui débute le 1er avril", a déclaré son président du conseil d'administration, Lambert Kouassi Konan.

Le prix se situe en dessous de celui de la campagne principale est justifié par "la décote qui découle du rétrécissement des fèves occasionné par la sécheresse", a expliqué Lambert Kouassi Konan.

"Mais ce prix reste conforme à la promesse du chef de l'Etat ( Alassane Ouattara) de fournir aux producteurs un prix minimum garanti équivalent à 60% du prix international", a-t-il précisé indiquant que pour la campagne intermédiaire, ce prix est fixé à 1. 150 francs CFA.

Selon M. Kouassi Konan, "le dispositif de veille" mis en place par sa structure pendant la grande campagne de commercialisation " reste actif pour empêcher toute réfaction de ce prix indiqué".

La Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec près de 1,5 million de fèves la campagne écoulée.

cote d'ivoire,cacao,campagne,achat,alassane dramane ouattara,prix,ccc,lambert kouassi konan,massandjé touré
(Agence Ecofin) - Le prix bord champ pour la campagne intermédiaire cacao 2012/13 en Côte d’Ivoire, qui a démarré lundi, est de FCFA 700 le kilo, a annoncé le Conseil du café-cacao (CCC).

Le prix pour la campagne principale était de FCFA 725, soit légèrement supérieure puisque les fèves sont plus grosses. Ceci représenterait 60% du prix CAF et représente un coût de quelque FCFA 45 milliards pour l’Etat. Le prix à l’entrée des usines est de FCFA 780 pour cette campagne.

En outre, un important appui est apporté aux producteurs, a rappelé le directeur général du CCC, Massandjé Touré (photo), dont FCFA 6 milliards pour les sacheries, 6 milliards pour l’entretien et la création de routes, 600 millions pour les produits phytosanitaires et 3 milliards pour la construction de centres de santé, d’écoles.

Or la réalité est tout autre sur le terrain car le cacao s'achète comme de la cola.


Le long weekend de pentecôte, j'ai fait un tour au village pour visiter les parents. Tout le monde est consterné par la souffrance que leur inflige les autorités du pays. Quand je dis tout le monde, ce sont les planteurs, les pisteurs, les acheteurs car le cacao ne s'achète pas et la pauvreté gagne du terrain au galop.

- Les planteurs ne peuvent pas écouler leurs produits car les pisteurs ne peuvent pas payer au prix indiqué par les autorités.

- Les pisteurs ne peuvent pas payer au prix indiqué parce que la campagne n'est pas financée, les acheteurs font un triage des fèves et les FRCI les rackettes. Ils ne peuvent donc pas mettre de l'argent dans une activité à perte.


Prenons un exemple congrès pour corroborer nos affirmations:

- Un pisteur achète 10 sacs de cacao à un planteur au prix indiqué 700 FCFA le Kg dans sa plantation. Sur la route du retour au village, il doit payer 500 FCFA par sac aux FRCI aux checkpoints illégaux qu'ils ont érigé en raison de 2. Cela fait 500x10x2=10.000 Fcfa en moins pour le pisteur sans compter le transport et accessoires que l'on peut évaluer à 20.000 Fcfa. Arrivée chez l'acheteur, les fèves vont être triées (les pistes parlent de tamisées) et il perdra 1/3 de sa marchandise. Il se retrouve environs avec 7 sacs de cacao à vendre. Il ne faut pas oublier que c'est sur fond propre qu'il exerce pour la campagne intermédiaire. Entre nous, qui est assez fou pour aller jeter l'argent à l'eau.

- Certains se sont lancé dans cette aventure et sont pris dans ce traquenard. Ils n'ont que leur yeux pour pleurer.

- Les uns abandonnent et les rattrapés achètent le cacao comme de la kola. Ils proposent leur prix aux planteurs 400 Fcfa voir moins.

!!!!!!!!!!!!!! Côte d'Ivoire Yako !!!!!!!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.