topblog Ivoire blogs

03/05/2012

Mali - Union Européenne : Le MNLA active ses relais à l'Europarlement

Carte Mali.jpg
Entre les eurodéputés favorables à la cause touareg et les partisans d'une intervention militaire, la situation chaotique du Nord-Mali suscite de vifs débats au sein de l'Union européenne.

Le 20 avril, une résolution approuvée par les députés européens (475 voix pour, 40 contre et 30 abstentions) a salué les initiatives de la CEDEAO, tout en approuvant un soutien militaire aux autorités maliennes pour sécuriser les zones non occupées par des groupes armés, contrairement à la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, qui opte pour un soutien en vue de restaurer l’intégrité territoriale totale du pays. Plusieurs eurodéputés emmenés par François Alfonsi réprouvent cette dernière solution, préférant négocier avec les groupes présents dans le Nord. Membre du Partitu di a Nazione Corsa (PNC, allié aux Verts) et principal avocat de la cause touareg, Alfonsi dit craindre qu'une solution militaire ne jette les Touareg dans les bras des groupes terroristes d'obédience salafiste. L’eurodéputé français entend plaider la cause touareg devant le Parlement en invitant, le 22 mai à Strasbourg, une délégation de haut niveau du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Une autre formation alliée au PNC, la puissante Nieuwe-Vlaamse Alliantie (N-VA), premier parti belge dirigé par Bart De Wever, doit recevoir des représentants du même mouvement, le 9 mai, au Parlement flamand à Bruxelles. En Europe, le MNLA bénéficie déjà du soutien des Verts et de 35 partis autonomistes, voire indépendantistes, dont certains comme Esquerra Republicana de Catalunya, le Scottish National Party ou Plaid Cymru (Pays-de-Galles) comptent des députés à Strasbourg.

par la lettre du continent N° 634 03/05/2012

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Côte d'Ivoire : Selon La Lettre du Continent – Ouattara fait exploser le budget de souveraineté !


Ado pleure.jpgAlors que les Ivoiriens ploient sous le poids de la vie chère et de la destruction d’emplois – comme les discours du 1er mai ont pu le montrer –, l’actuel maître d’Abidjan, Alassane Ouattara, ne se refuse rien.

Si l’on en croit La Lettre du Continent, il s’octroie un budget de souveraineté de 300 milliards, et «offre» la même chose à son épouse Dominique. «Alors qu’il avoisinait 100 milliards F CFA sous Laurent Gbagbo, le fonds de souveraineté de la présidence ivoirienne atteint désormais plus de 300 milliards F CFA (457 millions €).

C’est Téné Birahima Ouattara, alias « IBO », frère cadet d’Alassane Ouattara, qui gère cette cagnotte. Celui-ci cumule la fonction de directeur financier et de ministre chargé des Affaires présidentielles. Le cabinet autonome de la première dame, Dominique Ouattara fonctionne à partir du même fonds de souveraineté», écrit le périodique parisien, généralement informé par des milieux françafricains qui ont, on le sait, pignon sur rue à la présidence ivoirienne.

L’on se souvient qu’Alassane Ouattara et son parti n’avaient eu de cesse de critiquer le budget de souveraineté du président Laurent Gbagbo, qui gérait un pays déchiré par un conflit et faisant face à une multitude d’imprévus. Un budget qui était passé d’une trentaine de milliards avant le conflit à 76 milliards de FCFA en 2009, selon des données rendues publiques à l’époque par un député membre de la Commission des Affaires économiques et financières, Ibrahim Sanogo.

Ouattara a donc multiplié par quatre le fameux budget de souveraineté. Et octroie à son épouse une somme complètement affolante pour ses mondanités et bonnes œuvres auxquelles participent de manière rémunérée des vedettes hexagonales sur le retour comme l’acteur Alain Delon.

par La rédaction le Nouveau Courrier

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2012

Election Présidentielle Française: Nicolas Sarkozy "pris en flagrant délit de mensonge", par Tariq Ramadan

france,élection présidentielle,sarkosy,hollande,fn,ump,ps,islam,musulmans
À deux reprises depuis mercredi, Nicolas Sarkozy a assuré que Tariq Ramadan avait appelé à voter pour François Hollande. Contacté par FRANCE 24, l’intellectuel suisse controversé nie et accuse le président sortant "de mentir de manière éhontée".

Tariq Ramadan a-t-il appelé à voter pour François Hollande ? C’est du moins ce que croit savoir Nicolas Sarkozy, qui a affirmé, mercredi 25 avril sur l’antenne de TF1, que l’intellectuel controversé s’était prononcé en faveur de son rival socialiste. Joint au téléphone par FRANCE 24, Tariq Ramadan assure, lui, “n’avoir jamais appelé à voter pour l’un des deux candidats” et dénonce “un mensonge inadmissible et mesquin”.

“Le président candidat est pris en flagrant délit de mensonge. J’ai seulement dit que si j’étais citoyen français - ce que je ne suis pas - je ferais le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy, et je serais alors très insatisfait, explique-t-il. Le président sortant me diabolise pour essayer de racoler sur les terres du FN [Front national, NDLR]. Il commence à sentir le parfum de la défaite et donc il pousse le bouchon toujours un peu plus loin.”

Nicolas Sarkozy a pourtant réitéré ses accusations ce jeudi au micro de France Inter, précisant que Tariq Ramadan avait appelé à voter Hollande "ou un parti qui serve l'islam", dans le cadre d’une assemblée publique “Le printemps des quartiers”, qui s’est tenue le 11 mars 2012 à Lyon.

“Je me souviens très bien de cette réunion, je n’y ai jamais tenu de tels propos, car je n’ai jamais appelé au vote communautaire”, se défend l’islamologue de nationalité suisse, régulièrement invité à intervenir dans des colloques en France.

Il assure que ses critiques à l’égard du président français ne constituent en rien une prise de position en faveur de François Hollande. “Lorsque j’attaque Nicolas Sarkozy, c’est au pouvoir que je m’en prends. Quant au Parti socialiste, je regrette également qu’il se soit coupé de sa base en renonçant à ses idéaux. Je tiens les deux courants majoritaires français responsables de la montée du FN.”

Et l’universitaire de renchérir : “Je n’ai pas de leçon à recevoir de Nicolas Sarkozy, qui avait chanté les louanges de l’islam ‘modéré et progressiste’ pratiqué en Arabie Saoudite, quand il s’était rendu dans le pays en 2008.”

Par Julien PEYRON sur France24.fr
------------------
Déclaration de Ramadan sur une vidéo

Vidéo de Tariq Ramadan, qui aurait été filmée, selon son auteur, le 4 mars 2012 à l'université de Nanterre, en région parisienne, à l'occasion d'un colloque de l'association Entraide. L'islamologue suisse indique que s'il pouvait voter, il voterait "contre Nicolas Sarkozy".

"Moi j’aurais une position de principe qui est extrêmement claire. Je suis tellement mécontent de ce que je peux voir que je voterais effectivement pour le premier tour et voterais pour celui que je considère être le moins mauvais. Mais au deuxième tour, je n’aurais pas un vote dit 'utile', j’aurais un vote exactement différent, je n’aurais qu’un vote sanction. Quelque soit celui qui est au pouvoir, et bien je dirai, je suis contre toi. Je ne suis pas pour toi mais je suis contre toi. […] Par rapport à Sarkozy ou par rapport à Hollande, je ne vais pas voter pour Hollande parce que… Non, je vais voter contre Sarkozy, mais si Hollande arrivait par la suite, je serais contre lui de la même façon. Un vote qui aurait un poids mais qui est un vote contre, parce que je ne me reconnais dans rien de ce que vous dîtes. Donc un premier tour où je chercherais le moins mauvais et un deuxième tour où je voterais contre celui qui est en charge."