topblog Ivoire blogs

02/11/2011

Lybie: La gloire du vaincu

Kadafi4.jpg

Lumumba est revenu sur ses pas vers la mort, Sankara est allé la défier, Khadafi ne l’a pas fui. Face à cette trilogie du destin, Joseph Enoumé clame : « Mieux vaut mourir que d’abdiquer, lorsqu’on défend une cause juste et noble : son peuple ». Pour lui, l’assassinat du Guide libyen, comme ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, place les Africains au-devant de leurs responsabilités à assumer face à l’Occident et ses intérêts.

Gbagbo2.jpg
L’imbécile tend le cou, le lâche se rend, le sage se frappe. Car, tel est le seul acte de bon sens, face à l’acharnement barbare. Mouammar Kadhafi le savait. Il ne le savait que trop bien. Mais il y a une manière plus digne, plus religieuse et plus africaine de se frapper. C’est celui là qu’ont emprunté la plupart des martyrs africains tombés sous les balles des suppôts de l’occident conquérant : Lumumba est revenu sur ses pas à la rencontre de la mort ; Sankara est allé la chercher, abandonnant les siens en plein réunion dans la maison du peuple ; Khadafi l’a attendu dans sa ville natale. A Syrte.

Sankara.jpg Lumumba.jpg
Mieux vaut mourir que d’abdiquer, lorsqu’on défend une cause juste et noble : son peuple. Telle est la devise et le refrain éternel de l’hymne des martyrs africains. Ainsi Mouammar a tiré sa révérence, sous les balles des siens, après quarante ans de gratuité complète. Ainsi les Libyens ont transformé leur beau pays en un champ de ruines, aidés à la tâche par les frappes amicales de l’OTAN, ces « bons » venus délivrer « les justes » d’entre les mains du « méchant ». « Les bons », ceux qui n’ont su donner à leur peuple qu’une dépravation enivrante.

Lire la suite

20/10/2011

Lybie: Comment des organismes se disant des droits de l'Homme peuvent-ils se rejouir de la mort d'un être Humain ?

gaddafi-o.jpg

Cela a commencé avec Ben Laden, c'est maintenant l'euphorie avec Mouamar Khadafi. C'est triste pour l'humanité.

Par FRANCE 24 (texte)

URGENT
LIBYE : Mouammar Kadhafi est mort, selon le CNT
Selon un responsable militaire du Conseil national de transition, l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi aurait été tué à Syrte.

Par Jeune Afrique

Libye - Direct : le CNT annonce la mort de Mouammar Kaddafi

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Libye - Direct : le CNT annonce la mort de Mouammar Kaddafi | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Le dictateur déchu Mouammar Kaddafi est donné pour mort par le Conseil national de transition libyen (CNT). Suivez en direct les événements.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Libye - Direct : le CNT annonce la mort de Mouammar Kaddafi | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique


Abdel Majid Mlegta, un membre du CNT, a rapporté à Reuters que Mooatasem Kaddafi, le fils de l’ex-« Guide » libyen, avait été tué par des forces du CNT. « Il a tenté de se battre et de leur résister », a-t-il précisé.

Par RFI

Les réactions internationales à la mort annoncée de Mouammar Kadhafi
Les nouvelles autorités libyennes du CNT ont annoncé ce jeudi 20 octobre 2011 la mort du leader déchu Mouammar Kadhafi. Celui-ci aurait succombé à ses blessures après que son convoi, fuyant Syrte, a été atteint par un bombardement de l'Otan. Alors que la mort de Kadhafi n'est encore confirmée par aucune source indépendante, les dirigeants du monde entier ont déjà réagi à cette disparition.

Notre dossier spécial

« C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin », a déclaré le porte-parole officiel du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, Abdel Hafez Ghoga, confirmant officiellement la mort de l'ancien leader libyen. « Sa mort va mettre fin au bain de sang et au martyre de notre jeunesse ». Cette annonce a donné lieu à des scènes de liesse dans Syrte, à Benghazi et à Tripoli, avec des concerts de klaxons, des tirs de joie et des embrassades.

« La guerre est finie » en Libye, a affirmé également ce jeudi le chef du gouvernement italien, moins d’une heure après les premières dépêches évoquant la disparition de Mouammar Kadhafi. « Sic transit gloria mundi », a commenté Silvio Berlusconi, un ancien proche allié du raïs ; une expression latine qui signifie « Ainsi va la gloire du monde ».

Peu après, le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont salué « la fin d'une ère de despotisme » en Libye. « Le décès annoncé de Mouammar Kadhafi marque la fin d'une ère de répression au cours de laquelle le peuple libyen a souffert pendant trop longtemps. Aujourd'hui, la Libye peut tourner une page de son histoire et embrasser un nouvel avenir démocratique », ont affirmé les deux dirigeants dans un communiqué commun.

De son côté, le sénateur américain John McCain a estimé que « la mort de Mouammar Kadhafi met fin à la première phase de la révolution lybienne », dans un communiqué, qui constitue la première réaction aux Etats-Unis après le décès de l'ancien homme fort de Tripoli. « Les Libyens ont libéré leur pays », ajoute l'ancien rival républicain de Barack Obama à la présidentielle de 2008 qui a été l'un des plus actifs partisans au Congrès américain de l'intervention militaire en Libye. Il s'était ainsi rendu en Libye auprès des rebelles luttant contre les forces pro-Kadhafi, à Benghazi, puis à Tripoli.

La Pologne, qui assure la présidence semestrielle de l'Union européenne, « félicite le peuple libyen pour la fin de la dictature longue de plusieurs dizaines d'années ». Le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Marcin Bosacki a souligné que le sort du colonel Mouammar Kadhafi, constituait « un avertissement pour d'autres dictateurs dans la région et dans le monde ». « Nous regrettons que le colonel Kadhafi n'ait pas été jugé pour ses crimes par un tribunal en Libye ou à la Haye. Nous espérons que ses collaborateurs, recherchés pour leurs crimes, comparaîtront bientôt devant ces tribunaux ».

Quant aux infirmières bulgares, qui avaient été condamnées à mort en Libye sous l'accusation d'avoir inoculé le virus du sida à des enfants, elles ont exprimé les unes leur joie, les autres leur indifférence à l'annonce de la mort de Mouammar Kadhafi, réclamant surtout que leur innocence soit reconnue.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a déclaré que la France était « fière » d'avoir aidé le peuple libyen. « L'annonce de mort de Kadhafi et la chute de Syrte sont la fin d'une période très difficile pour le peuple libyen. C'est la fin de 42 ans de tyrannie, d'un conflit militaire qui a été très éprouvant pour le peuple Libyen », a-il annoncé aux journalistes lors d'un déplacement à New Delhi.

Restant encore prudent, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet a jugé que si la mort de Mouammar Kadhafi annoncée par le CNT était confirmée, cela serait « une bonne issue qui frustrera les Libyens qui souhaitaient un procès », ajoutant que « le président (Nicolas Sarkozy) s'exprimera sur le sujet ».

L'ONU

Par son secrétaite général applaudit des deux mains et des deux pieds comme les singes.

Mort de Kadhafi : "transition historique pour la Libye", selon le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon

21/09/2011

Agression de l'Afrique: Urgent appel à l'intelligentsia européenne et nord-américaine

Nous avons atteint en 2011 le seuil de l’inacceptable et de l’intolérable dans l’agissement des partenaires européens et nord-américains sur le sol d’une Afrique qui se bat pour sa souveraineté et pour l’utilisation propre de ses diverses richesses.

Par Prince Kum’a Ndumbe III

prince_ndoume.jpg

Mes chers collègues de la science, de la pensée et de la plume,


« Et ceterum censeo, Carthaginem esse delendam ! » (Et je suis d’avis que Carthage doit être détruit !)


C’est ainsi que clôturait Cato Censorius chacun de ses discours devant le sénat à Rome, même quand son discours ne concernait pas les relations avec l’Afrique. La guerre fut déclenchée en 150 av. J. C. et Carthage fut détruit.

En ces mois tragiques de l’agression concertée des gouvernements européens et nord-américains contre les peuples africains depuis l’année 2010, en ces campagnes de bombardements intensifs des sites édifiés à la sueur de nos fronts après les siècles d’esclavage et de colonisation qui nous avaient ruinés, en ces périodes de guerre médiatique de l’occident pour désinformer la population mondiale sur les actes barbares de pays dits « civilisés » et « démocratiques » perpétrés sur la terre d’Afrique, en ces moments tragiques de tueries massives de nos frères et sœurs commis par les armes sophistiquées de l’occident avec l’appui des nôtres intégrés dans la cinquième colonne des puissances du nord, oui en ces temps où l’intelligentsia européenne et nord-américaine prête sa plume engagée pour justifier l’innommable, la déchéance éthique et morale, il est urgent de vous lancer un appel pour que devant l’histoire, devant les peuples de la terre et devant Dieu, chacun prenne ses responsabilités.

Lire la suite