topblog Ivoire blogs

04/05/2011

COTE D'IVOIRE : Comparaison n'est pas Raison

Il est peut etre un peu premature de faire un bilan de la prise de pouvoir de Mr Alassane Ouattara en 2011, car les affrontements ne sont pas encore termines, mais les evenements deja passes permettent d'avoir un regard croise sur la prise de pouvoir de Mr Laurent Gbagbo en 2000 et celle de Mr Alassane Ouattara en 2011. Les elections presidentielles en 2000 ont ete qualifiees de calamiteuses (dixit Laurent Gbagbo). Celle de 2010, je les qualifie de democratiquement catastrophiques car les catastrophes naturelles telles Katerina aux USA, le tremblement de terre en Chilie, le Tsunami en Indonesie, le tremblement de terre en Haiti et le tremblement de terre suivi de tsunami au Japon n'ont pas fait mieux que les elections democratiques selon l'ONU et la France en Cote d'Ivoire en terme de destructions humaines, materielles et de deplaces internes et externes de populations.

Gbagbo.jpg
Elections presidentielles 2000

Vainqueur: Laurent Gbagbo après un bras de fer sanglant de la population avec le candidat malheureux le Gl Robert Guei qui voulait confisquer le pouvoir suivi d’affrontements entre partisans du FPI et du RDR (qui n’avait pas de candidat aux elections presidentielles mais dont le leader a demande de descendre dans la rue pour ramasser le pouvoir car le general ayant abandonne le pouvoir) d’une part, et Forces de l’ordre et partisans du RDR d’autre part.

Bilan : des centaines de morts dont le fameux charnier de 57 corps de Yopougon, des disparus et des exiles politiques.

charnier yopougon.jpg



ADO.jpg
Elections presidentielles 2010

Vainqueur 1 : Alassane Ouattara selon le president de la CEI, la France et l’ONU.

Vainqueur 2 : Laurent Gbagbo selon le Conseil Constitutionnel, le juge des elections en Cote d’Ivoire suite a une requete en annulation jugee recevable du scrutin dans certaines regions du pays controlees par les rebelles de Soro Guillaume.

Une crise post-electorale eclate. Des embargos pleuvent sur la Cote d’Ivoire et les dirigents recalcitrants. La BCEAO se mele du jeu politique et ferme ses agences en Cote d’Ivoire, suivent les banques commerciales francaises et les autres banques. L’etat d’alors essaie de resister a l’etouffement economique et humanitaire en nationalisant la BCEAO Cote d’Ivoire et les banques francaises lorsque la crise se transforme en conflit armee quatre mois apres avec comme belligerants les ex-rebelles, mercenaires et miliciens rebaptises forces republicaines (FRCI) appuyes et encadres par l’onuci et la licorne (la force de l’operation francaise en Cote d’Ivoire) et les Forces de defense et de securite (FDS) aidees par les jeunes patriotes appeles sous le drapeau et des miliciens gueres et liberiens.
Il est bien de noter que des efforts nationaux et internationaux de règlements pacifiques et par le dialogue ont été engages sans succès.
Le président de la république SEM Laurent Gbagbo et son épouse ont été arrêtés ainsi qu’environs 200 personnes de son entourage et places en détention surveillée avec la loi des faux complots d’Houphouët de 1963.
Alassane Ouattara est l’initiateur et le vainqueur de la guerre.

Bilan provisoire : plus de 3.000 morts dont le génocide de plus 800 personnes en un seul jour a Duekoue a l’Ouest de la Cote d’Ivoire. Des villages rayes de la carte de la Cote d’Ivoire, des quartiers rayes des villes. Plus de 2 millions de déplacés internes et externes.
Le bombardement et la destruction systématique des symboles de l’état (le palais présidentiel, la résidence du chef de l’état, les casernes militaires, les maisons de la radio et la télévision ivoirienne), les pillages et les destructions de biens publics et prives. Les épurations ethniques, religieuses et politiques, les arrestations arbitraires et les exécutions extrajudiciaires. Les violations graves des droits de l’homme.

massacre-duekoue.JPG



ATTENTION!!! IMAGES CHOQUANTES!!!


massacre-duekoue1.JPG
Un enfant massacre a la machette a Duekoue par les forces pro-ouattara


Horreur pro-ouattara a Duekoue.jpg

Des individus calcines par les forces pro-ouattra a Duekoue

02/05/2011

COTE D'IVOIRE : Toujours dans La logique de « l’absurde » ?

Je me demande ce qui arrive a mon pays. Je m'interroge, qu'est ce que le peuple de Cote d'Ivoire a fait pour meriter un tel sort? Qu'est ce que les ivoiriens ont-ils fait pour que "l'ABSURDITE" soit erige en mode de gestion de notre pays?
RHDP.jpg
1) Un putchiste, qui a fait tuer, violer, voler, piller, bombarder tous les symboles de l'Etat de Cote d'Ivoire (le centre emetteur d'Abobo, le palais presidentiel, la residence du chef de l'Etat, la maison de la radio et la television ivoirienne, tous les casernes militaires meme celle des sapeurs pompiers), des residences privees, rayer des quartiers et des villages de la carte de la Cote d'Ivoire, veut se faire investir par un Conseil Constitutionnel dont il ne reconnait pas l'autorite. Il n'a pas le courage d'assumer son coup d'etat militaire sanglant et genocidaire et cherche des artifices constitutionnels pour maquiller le visage hideux de sa forfaiture.
Si on ne reconnait pas les resultats du Conseil Constitutionnel et qu'on a perpetre un coup d'etat ou coup de force ou encore la force legitime, il faut avoir le courage de dissoudre la constitution, l'assemblee nationale, le Conseil Constitutionnel, la cours supreme, la grande chancellerie, la grande mediature, l'armee et de creer des commissions pour proposer de nouvelles institutions pour la 3eme Republique des pilleurs, violeurs, voleurs, casseurs, tueurs et j'en passe.

2) Le general de corps d'armees Philippe Mangou, est-il chef d'etat major de quelle armee? des FRCI, je ne pense pas. Les FRCI ce n'est pas une armee, ce sont des milliciens qui n'obeissent qu'aux chefs de guerre (Wattao, Cherif Ousmane, Loss, Morou, Tuo Fozie, etc). Depuis la chute du President Laurent Gbagbo et l'epuration politique engagee par le regime tyrannique du RHDP, Les FRCI sont les maitres de la Cote d'Ivoire. Malgre leur analphabetisme notoire, ils savent que le pays n'a plus de forces politiques, ni judiciaires, ni d'autorites morales ou religieuses. La seule autorite ce sont les armes qu'ils detiennent.

3) Depuis le 11 avril dernier, jour de la rediction du President Laurent Gbagbo, il n'y a pas de pouvoir politique constitutionnellement parlant. Et comme les nouveaux maitres refusent d'admettre le coup d'etat sanguinaire et genocidaire qu'ils ont perpetre, le pouvoir est dans la rue aux mains des chefs de guerre et leurs milliciens. Car en realite, Alassane Ouattara n'est pas encore le President de la republique de Cote d'Ivoire et ne peut l'etre en moins de dissoudre la Constitution et les institutions et d'assumer sa forfaiture. Il est pour le moment le President elu de et par la communaute internationale. Il usurpe donc la fonction de Chef d'etat, de president de la republique.

4) L'on accuse le President Laurent Gbagbo d'avoir use de sa fonction de President de la republique et chef de l'etat que lui a confere le Conseil Constitutionnel et on l'arrete lui, sa femme, ses enfants, ses petits enfants, ses proches, ses collaborateurs et le plus grave sa mere. Et voir comment cette pauvre dame du 3eme age a ete traite est repugnant et donne froid dans le dos.
On arrete le President Gbagbo et on fait la cours au president du Conseil Constitutionnel, qui l'a proclamme elu et investi President de la repuplique pour une autre investiture. Lui (le president du CC) n'est pas inquiete. Le grand Chancelier de l'ordre national qui a donne les attributs de la republique dont le grand colier au president Laurent Gbagbo n'est pas inquiete.

5) Pour Justifier l'epuration politique et les arrestations arbitraires, on nous sert la loi des faux complots d'Houphouet Boigny de 1963. Et oui, vous avez bien lu, FAUX COMPLOTS que le vieux lui meme a reconnu en tant que tels. C'est cette loi du faux qu'on nous sert comme argument juridique de l'arrestation des membres de la majorite presidentielle (LMP).

Messieurs du RHDP, vous avez gagne la guerre, je vous demande pardon d'assumer votre COUP D'ETAT SANGLANT, comme le general GUEI l'a fait en 1999, pour que nous allions vite a la reconstruction et la reconciliation. Car vous meme vous savez qu'il n'y a pas de loi organique ou juridique qui puisse vous aider, sinon vous ne seriez pas alle chercher la loi des faux complots de 1963 pour justifier des arrestations arbitraires. Et si vous vous engagez dans la voie juridique, nous risquons de perdre beaucoup de temps car les adversaires en face ont des arguments solides alors que vous ne maitrisez que les armes, les embargos, la fermeture des banques et les vieilles lois des faux complots. (lol). Vous n'avez pas oublie comment ils vous ont fait tourner avec les lois pendant 4 mois (lol). Donc petit conseil, assumer le coup d'etat et renovons tout. Il ne s'agit pas de casser les sculptures, les cites universitaires seulement, il faut aussi casser la fameuse loi fondamentale et vive la renovation. A moins que vous vouliez construire sur et a cote de la refondation (lol).

A Monsieur Alassane Ouattara, je demande comme il l'a fait en 2000, de faire une transition et de reorganiser des elections democratiques, transparentes, libres sans armes et ouvertes a tous dans un pays unifie et pacifie. C'est en cela qu'on reconnaitra que le pouvoir ne l'interesse pas, mais plutot c'est le bonheur des ivoiriens qu'il recherche. Car si les elections de 2000 ont ete calamiteuses (dixit LG), je ne trouve pas d'adjectif pour celles de 2010.

COTE D'IVOIRE YAKO.

01/05/2011

COTE D'IVOIRE : Quand Maitre AHOUSSOU Jeannot, ministre d'etat, garde des sceaux du regime Tyrannique RHDP, nous ramene dans "les annees sombres de la Cote d'Ivoire"

Me Ahoussou.jpg
Maitre Ahoussou Jeannot, ministre d'etat, garde des sceaux du regime TYRANNIQUE RHDP, pour justifier l'arrestation du Chef de l'etat Laurent Gbagbo, de son epouse, de ses enfants, des membres de sa famille et de son entourage, nous ramene dans "les annees sombres de la Cote d'Ivoire" en invoquant la loi de 1963 qui a fait tant de torts au peuple de Cote d'Ivoire. Il ne prend meme pas la peine de situer cette loi dans son contexte afin de montrer si elle peut s'adapter en 2011.
La question que je me pose est la suivante: Me Ahoussou Jeannot et le clan RHDP veulent-ils vraiment la paix pour ce pays? Sinon comment comprendre que l'on aille chercher "les faux complots d'Houphouet de 1963" qui ont fait tant de torts aux ivoiriens pour justifier des arrestations d'un conflit post-electoral en 2011! Meme si l'on se dit houphouetiste, tout le monde sait que Houphouet n'est pas un saint pour que l'on vienne nous servir ses derives de 1963 en 2011. Si Me Ahoussou Jeannot n'a pas d'arguments juridiques pour justifier la forfaiture du regime tyrannique RHDP, qu'il se taise de peur de reveiller de vieux demons.

Qu'est ce qui s'est passe en 1963 qui a engendre la loi de 1963?

# Janvier et août 1963: Des mesures d'épuration sont prises à la suite de deux présumés complots contre le pouvoir. La prison spéciale d'Assabou est créée à Yamoussoukro, le village natal d'Houphouët-Boigny, pour accueillir les "comploteurs". Elle fera le plein jusqu'en 1967, et ne sera détruite qu'en 1969.
Au congrès du PDCI, en 1963, le jeune Konan Bédié est présenté comme un modèle à l'opposé des militants et autres intellectuels du JRDA-CI qui remplissent la prison d'Assabou.
Début janvier 1963, l'Assemblée vote une loi portant création d 'une cour de sûreté de l'Etat.
Trois ministres (Joachim Bony, Charles Donwahi et Amadou Koné, le fondateur des JRDA-CI) sont relevés de leurs fonctions. Ils rejoindront quelques jours plus tard, plus de cent personnes dont cinq députés, à la prison de Yamoussoukro. Le "modèle" ivoirien" prend forme.
Philippe Yacé, secrétaire général du PDCI et président de l'Assemblée nationale se déchaîne contre les "fauteurs de troubles" (On comprend mieux son amertume et sa fronde anti-Bédié, lorsque le "vieux" ne lui a pas transmis le pouvoir, avant sa mort.).
Houphouët-Boigny rappelle Jean-Baptiste Mockey pour le nommer "président de la cour de sûreté de l'Etat".
Ernest Bocka, alors président de la cour suprême, démissionne pour protester contre ces multiples arrestations.

# 9 avril 1963 : 89 inculpés sont jugés par la cour de sûreté de l'Etat qui prononce cinq condamnations à mort (peines qui ne seront pas exécutées, du moins "officiellement").

# Fin 1963 : Houphouët-Boigny crée une milice du parti de près de 6000 hommes, pour la plupart baoulés, l'ethnie du président. Le "modèle" ivoirien prend du poids.
Obsédé par les complots, Houphouët-Boigny fait envoyer en prison beaucoup de monde : Ernest Bocka (mort sans explication, assassine), Jean-Baptiste Mockey (septembre 1963), son ministre de la justice, Germain Coffi Gadeau, celui de l'Information, Amadou Thiam, et bien d'autres.

# -Décembre 1964 : la cour de sûreté qui juge 96 inculpés prononce six condamnations à mort, dont celle de Jean-Baptiste Mockey, qui sera gracié par la suite.

En 1990, Felix Houphouët-Boigny expliqua que ce complot du chat noir était une manipulation politique et qu'il n'y avait en réalité jamais existé de complot.

Voici a quoi le regime tyrannique RHDP veut nous ramener. Nous esperons qu'ils elucideront les assassinats de 1963 a nos jours. Les crimes qu'ils ont commis et ceux qu'ils comptent commettre les jours a venir.

QUE DIEU AIE PITIE DE NOUS