topblog Ivoire blogs

12/02/2014

Côte d'Ivoire : Urgent/ Affaire « Maladie de Ouattara »: Un spécialiste français pris en flagrant délit de mensonge

Pierre-Accoce.jpg
«Cette opération est sans dommage sur l'exercice du pouvoir. Il a été sans doute absent pendant un certain temps des commandes à Abidjan mais... ça n'est pas préoccupant sur le plan de sa santé physique et mentale.» Dixit, Pierre Accoce, Essayiste français. C’était ce mardi matin dans l’émission l’invité d’Afrique sur la radio mondiale, RFI. ADO.jpg

De quelle opération parle notre spécialiste et auteur de « ces malades qui nous gouvernent » paru chez Stock ?

En effet, revenant sur le communiqué laconique de la présidence qui annonçait que le président serait opéré d’une sciatique, maladie bénigne, et donc sans conséquence sur la vacance du pouvoir, le journaliste Christophe Boisbouvier invitait un spécialiste de ces questions pour juste avoir écrit un bouquin. Seulement là où le gouvernement ivoirien encore moins les médecins traitant du président restent encore évasifs sur l’état de santé du président, c’est encore « un monsieur Afrique » qui veut nous contraindre à avaler une pilule tellement amer qu’elle ne semble guère guérir n’importe quelle maladie, fut-elle une sciatique ou lombo sciatique.

Boisbouvier_RFI.jpg
« RFI : Pierre Accoce bonjour… Le président Ouattara a été opéré en France pour une sciatique. Il se porte bien dit le communiqué de la présidence ivoirienne. A Abidjan la rumeur enflait depuis plusieurs jours. Est-ce que ce type de communiqué peut rassurer les gens ?


Pierre-Accoce.jpg
Pierre Accoce : Si on explique ce qu’est effectivement aujourd’hui une opération sur la hernie discale, ça va les rassurer. En réalité, il n’a pas été opéré d’une sciatique, mais sans doute d’une hernie discale. Et une hernie discale lombaire fait beaucoup souffrir, exige une intervention. Aujourd’hui c’est de la microchirurgie et il est vraisemblable qu’elle a été effectuée dans de très bonnes conditions et qu’il récupèrera très, très bien de cette maladie. C’est beaucoup plus un accident d’ailleurs qu’une vraie maladie. Une atteinte lombaire comme celle-là, un lumbago, des lumbagos à répétition, finalement une hernie discale… C’est préoccupant, ça fait mal. » Fin de citation.

Mais de qui se moque monsieur Pierre Accoce ? Du président Alassane Ouattara, du gouvernement ivoirien, du peuple de Côte d’Ivoire ou des médias français ? « Si on explique ce qu’est effectivement aujourd’hui une opération sur la hernie discale, ça va les rassurer » nous dit notre spécialiste français. Mais expliquer à qui ? Aux Ivoiriens qui attendent une réponse claire sur l’état de santé de leur président ? Quelle audace ! Et comme cela ne suffisait pas Pierre Accoce en rajoute une couche bien maligne. « En réalité, il n’a pas été opéré d’une sciatique, mais sans doute d’une hernie discale ».

En claire, notre spécialiste vient ici de remettre en cause toute la thèse du gouvernement ivoirien qui dans son communiqué parle bien d’une opération de la sciatique. Quel manque d’élégance !
Nous avons déjà été suffisamment clairs sur cette question de la sciatique. En relisant notre toute première publication, nous écrivions ce qui suit :

« Exclusif/ Secret médical :
Alassane Ouattara est-il encore apte à gouverner ? Enfin, voici le mal qui ronge le PR (…) Selon une source digne de foi, Alassane Ouattara trainerait depuis 1998, une sciatique (ou lombo sciatique) récidivante. Selon la médecine, la sciatique est une douleur suivant le territoire du nerf spinal S1 ou L5 atteint au niveau de la colonne vertébrale (rachis lombaire) ou à sa proximité immédiate.(…) Enfin en cas de complication, le patient peut subir une chirurgie ou une chimionucléolyse. La première (chirurgie) consiste à supprimer l’hernie discale. Elle ne doit être proposée que dans trois cas : déficit moteur ou troubles sphinctériens, douleur en dépit du traitement morphinique et corticoïde, ou durée d’évolution supérieure à trois mois en dépit du traitement. La seconde (Chimionucléolyse) consiste en l’injection dans le disque intervertébral d’une substance enzymatique, la chymopapaïne, qui va dissoudre le noyau « nucleus pulposus » réduisant ainsi la hernie. Cette technique s’adresse à des hernies discales de petite taille et dont les parois ne sont pas rompues. Malheureusement cette dernière pratique n’est plus autorisée en France. »

Ainsi expliqué, nous ne comprenons pas pourquoi notre spécialiste veut nous faire croire qu’une sciatique n’a aucun rapport avec une hernie discale. Bref. Il peut arriver qu’on s’embrouille un tout petit peu sur son cours de médecine car une matière très compliquée et dont seuls les plus lucides et réellement motivés y réussissent. Mais il suffisait que notre spécialiste tape sur le moteur de recherche « Google » pour se rendre compte que la sciatique et surtout le mal qui rongerait le président ivoirien avait déjà été décelé par le journaliste, Philippe Kouhon, bien que n’étant pas un spécialiste en la matière.

Le temps de la falsification de l’histoire est terminé. Avec l’explosion des NTIC, plus rien ne sera comme avant. Enfin, nous l’avons écrit en complément d’enquête, que même si le président ivoirien trainait depuis 1998 une sciatique dont il fut une fois opéré aux Etats-Unis, il s’avère que le N°1 ivoirien n’en a pas fini avec ses ennuis de santé. En réalité, en plus de la sciatique qui nécessite une opération de l’hernie discale en cas de complication, Alassane Ouattara pourrait souffrir d’un cancer de la prostate. Les deux pathologies réunies pourraient le clouer au lit pour longtemps, d’où le débat sur la vacance du pouvoir, qui intéresse beaucoup plus les ivoiriens qui ne permettent plus que leur président soit à tout moment hors du pays, un pays qui sort fraichement d’une guerre et où tout peut arriver et à tout moment. (Les ivoiriens nous auront compris à ce stade de nos propos).


Philippe KOUHON/ Journaliste d’investigation/ Diaspo Tv

Côte d'Ivoire : Que se passe t-il au Dramanistan ou à Djoulabougou ?

Alassane Dramane Ouattara est malade. Tout le monde entier le sait car la présidence de la République a produit le communiqué suivant le 09/02/2014 :

«La Présidence de la République informe que le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, a subi une intervention chirurgicale liée à une sciatique. L’intervention s’est bien déroulée et le Chef de l’Etat se porte bien. Il regagnera la Côte d’Ivoire après une période de repos »

Que veut alors traduire cette intervention hors norme d'un "essayiste" français sur la santé de Mr Alassane Dramane Ouattara, reprise par les journaux "Adorateurs" en lieu et place de son médecin traitant.

Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, maladie, sciatique, pouvoir, rdr, mensonges

Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, maladie, sciatique, pouvoir, rdr, mensonges


Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, maladie, sciatique, pouvoir, rdr, mensonges

N'y aurait-il pas de médecins sur les bords de la Seine ou sur les bords de la lagune Ebrié, pour que ce soit un écrivain qui donne son avis sur l'état de santé d'un président ?

Je ne sais pas ce que ces Adorateurs voulaient prouver, mais là, ils viennent de semer le doute et la confusion sur la bonne santé de leur mentor. Un pavé vient d'être jeter dans la marre des rumeurs.

A chacun son commentaire !!!!!!!!! ça craint à djoulabougou !!!!!!

26/12/2013

Côte d'Ivoire : crise à prévoir pour la filière hévéa ?

Chronique des Matières Premières
Par Stanislas Ndayishimiye

hevea.jpg
Inquiétudes des producteurs de caoutchouc naturel en Côte d’Ivoire, suite à des mesures fiscales décidées par le gouvernement en 2012. Des mesures qui, si elles sont maintenues, « peuvent conduire à la faillite de la filière hévéa en 2014 ».

C’est un cri d’alarme que lancent les deux syndicats de la filière hévéa de Côte d’Ivoire depuis quatre mois. Même la chute des prix au producteur les inquiète moins, avec 391 francs CFA le kg aujourd’hui contre 500 francs CFA en janvier dernier.

A côté des 25% sur le bénéfice industriel et commercial que doivent payer les sociétés agricoles à l’Etat de Côte d’Ivoire, les usiniers de la filière hévéa doivent depuis l’année dernière s’acquitter de trois nouvelles taxes. 5% de leur chiffre d’affaires, une taxe foncière de 7 500 francs CFA par hectare de surface plantée en hévéa par toute société agro-industrielle ainsi que la TVA au moment de l’exportation.

Elles doivent normalement se faire rembourser cette TVA, parce que la filière est exclusivement tournée à l’exportation. Or, les entreprises concernées auraient du mal à récupérer l’argent qui leur est dû. Et ce sont des démarches supplémentaires à faire. Ces mesures fiscales ne touchent bien sûr directement que les portefeuilles des usiniers. Les petits planteurs sont individuellement épargnés. Pour les usiniers, cette récente triple-taxation affaiblit fortement leur trésorerie et réduit leur capacité d’investissement.

Selon les syndicats de la filière hévéa, ces conséquences touchent indirectement les petits planteurs, qui étaient auparavant habitués à toucher leur argent soit au moment de la vente de leurs productions, soit 48 heures après. Ils doivent aujourd’hui attendre parfois deux mois pour être payés. Il n’en fallait pas plus pour que certains planteurs, inquiets de ne pas avoir des rentrées d’argent tous les mois, essayent d’écouler une partie de leur production vers les pays voisins et même les pays les plus éloignés.

D’après les responsables syndicaux, 4 000 tonnes de caoutchouc naturel ivoirien ont été exportées vers la Malaisie en 2013. Ils affirment, sans en donner la quantité, que les planteurs ivoiriens se tournent aussi vers les acheteurs du Liberia et du Ghana. Toujours selon les syndicalistes, le caoutchouc ivoirien pourrait être moins compétitif sur le marché mondial si la nouvelle fiscalité appliquée à la filière n’est pas allégée. Leur crainte étant que les usiniers ne soient tentés de délocaliser leur activité vers les pays voisins.

source : http://www.rfi.fr/emission/20131225-cote-ivoire-crise-prevoir-filiere-hevea