topblog Ivoire blogs

12/06/2012

Côte d'Ivoire - Libre opinion : Dire la vérité mais toute la vérité sur Laurent Gbagbo

Défaut de rigueur analytique et d’honnêteté intellectuelle caractérisent les tenants du camp Gbagbo. Faire preuve d’objectivité, même préjudiciable, servirait mieux la cause du président ivoirien déchu, il y a tout juste un an.

cote d'ivoire, laurent gbagbo, alassane dramane ouattara, ban ki-moon, ONU, CPI, Communauté internationale, france, Choi, ONUCI, crise postelectorale, election présidentielle, rebellion, guerre
Mise à jour du 12 juin 2012 : la Cour pénale internationale(CPI) a reporté sine die l’audience de confirmation des charges pesant contre l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Initialement prévue lundi 18 juin, l’audience a été ajournée « afin de garantir les droits de la défense à une procédure équitable », a indiqué la CPI. Dans une requête déposée auprès du juge le 5 juin, la défense avait dénoncé une "disproportion flagrante" entre les ressources financières et humaines du bureau du procureur et celles de la défense.

****

Le discours pro-Ouattara sur la crise ivoirienne n’a pas varié d’une demi-mesure un an après le sombre 11 avril 2011. Adoubé du soutien toujours aussi solide de la grande presse internationale –qui ne juge pas nécessaire de se poser une ou deux questions quant à la dizaine d’années de coups fourrés et de crimes en tous genres soutenus silencieusement par l’Élysée– Alassane Ouattara, justifications saugrenues après justifications saugrenues, continue de se faire broder une tunique de sauveur qui n’a de sérieux que la détermination de ses communicants à vouloir à tout prix l’imposer.

Il faut reconnaitre que le projet rocambolesque fonctionne encore assez bien. Si certains Africains ont pris conscience de l’évidente manipulation qui a justifié un engagement militaire malsain afin de résoudre un simple contentieux électoral, en Europe et en Amérique, l’opinion publique reste grosso modo la même: soit elle ignore tout du sujet, soit elle estime que la Côte d’Ivoire a vécu des moments douloureux en 2011 par la faute d’un néo-führer barbare, illégalement accroché à son pouvoir et décidé, coûte que coûte, à engager son pays dans une guerre civile.

De la critique à la propagande, il n’y a qu’un pas…

La grossièreté de la caricature oblige, logiquement, le camp Gbagbo à dire sa part de vérité. C’est ce à quoi il s’attelle depuis un an, essentiellement par l’écrit, via des articles et des livres traitant –de façon intelligente ou bancale– d’un aspect ou d’un autre de la crise ivoirienne.

Toutefois, le besoin de rééquilibrage médiatique arrive lui aussi avec quelques contraintes malignes. La vérité étant la première victime de la guerre, l’objectivité critique l’a suivi dans le tombeau créé par une sorte de littérature militante qui s’intéresse peu à l’exposition des faits, mais plutôt à l’instauration d’un parallélisme de forme et de fond en matière de contre-vérités.

Ainsi, un nombre croissant d’analystes politiques ne se contentent plus simplement de dire ce qui est. Ils ont décidé de réécrire l’ère de la Refondation, avec des embellissements tendant à rendre le bilan présidentiel de Gbagbo un tantinet (ou deux) plus attrayant. Seulement, la critique corrective devenue propagande lénitive conduit à une impasse: en exposant les méfaits franco-ouattaristes, les propres agissements de Gbagbo (notamment les moins honorables) se présentent eux aussi avec toutes leurs lourdeurs embarrassantes.

A-t-on l’honnêteté intellectuelle et le courage de les confronter ouvertement? Apparemment non. La plupart des critiques pro-Gbagbo préfèrent les contourner, en faisant des petits bonds agiles autour des questions qui fâchent et qui ne trouvent aucune réponse qui ne salirait celui que l’on s’efforce de présenter comme immaculé. Les trois analyses suivantes (choisies parmi tant d’autres) illustrent bien ce constat.

Demi-mensonge n°1 : Gbagbo contraint d’aller aux élections

Homme politique et sociologue suisse ami de Gbagbo, Jean Ziegler, lors de la récente présentation de son nouveau livre à Grenoble, a tenu à rappeler à son audience que:

«Les urnes ont été bourrées au Nord pour le compte de Ouattara sous le contrôle des armes, et au Sud, il y a sans doute eu des irrégularités qu'on ne peut nier. Mais les conditions d'une élection juste et démocratique n'étaient pas réunies dans tous les cas.»

Cette affirmation incontestable appelle néanmoins une double interrogation:

Primo, pourquoi Ziegler, qui estime que des irrégularités électorales au Sud «ne peuvent être niées» ne s’étend-il pas sur lesdites irrégularités? À qui sont imputables ces irrégularités? Celles du Nord de la Côte d’Ivoire auraient-elles plus de valeurs que celles du Sud? Ziegler n’en soufflera pas un mot. Il vaut mieux faire l’impasse sur un sujet qui conduirait probablement à indexer le camp Gbagbo et/ou acquiescer l’opinion RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, coalition qui a porté Ouattara au pouvoir). Opinion selon laquelle le Conseil Constitutionnel ivoirien, dès le début de la crise postélectorale, aurait dû, de façon impartiale, invalider certains résultats du Sud autant que ceux du Nord.

Secundo, pourquoi donc les élections se sont-elles tenues en octobre et novembre 2010 si «les conditions d'une élection juste et démocratique n'étaient pas réunies dans tous les cas ?» La réponse la plus prompte et la plus vulgarisée côté Gbagbo s’énonce plus ou moins de la façon suivante: Gbagbo subissait la pression de la communauté internationale et voulait la paix. Une explication bien simpliste si l’on s’en tient aux faits et aux propos du concerné lui-même.

En effet, si les élections ont eu lieu en 2010, c’est surtout parce que Laurent Gbagbo était convaincu de sa victoire, même sans avoir acquis le désarmement effectif des forces rebelles de Guillaume Soro. Ce désarmement, inscrit dans l’accord politique de Ouagadougou (APO) signé en mars 2007, ne s'est jamais réalisé en quarante-trois mois de gouvernance du tandem Gbagbo-Soro.

Difficile de prétendre que Gbagbo est allé aux élections contre sa volonté. Effectivement, le scrutin n’aurait jamais dû se tenir dans un tel contexte. Seulement, Gbagbo s’estimant «globalement satisfait», il a lui-même défendu la tenue de la présidentielle et s'est lancé dans la campagne en prenant soin d’assurer ses inconditionnels de sa victoire certaine: Je ne serai pas battu. J’y suis, j’y reste.» Et encore: «Lorsque dix sondages, huit TNS-Sofres, un Gallup et un IREEP vous placent en tête depuis un an et demi et jusqu’à l’avant-veille du scrutin, il est rare qu’ils se trompent tous.» Sauf si ce sont vos ennemis qui préparent vos sondages et qui vous vendent une illusion précaire afin de mieux vous humilier à terme…

Demi-mensonge n°2: Gbagbo, chantre de la souveraineté monétaire

Gary K. Busch, universitaire et syndicaliste américain, qui a lui aussi sacrifié à «l’oubli» dans sa critique du système économique et monétaire imposé par la France à ses anciennes (?) colonies d’Afrique occidentale.

En décembre 2011, Busch a préparé un riche document garantissant, de «sources crédibles ouest-africaines», une dévaluation du franc CFA le 1er janvier 2012 qui se fait toujours attendre. La démonstration note les travers bien connus du pacte colonial et affirme ainsi:

«Plus de 85 % des réserves de change [des] pays africains [d’Afrique de l’ouest francophone] sont déposées dans des "comptes d’opérations" contrôlés par le Trésor français. Les deux banques de la zone CFA ne sont africaines qu’en théorie. Elles ne formulent aucune politique monétaire.

Les pays de la zone CFA ne savent ni ne sont informés du montant de ces réserves déposées au Trésor français qui leur appartient collectivement ou individuellement. Les bénéfices rapportés par l’investissement des réserves africaines devraient en principe être reversés dans ces réserves en tant que propriétés des pays de la zone franc. Ce n’est pas le cas […]

De ce fait, les pays africains membres de la zone CFA ne peuvent pas formuler leurs propres politiques monétaires [...] Le vrai challenge du business français vint avec l’élection de Laurent Gbagbo comme président de la Côte d’Ivoire. Sa décision de revoir les termes du pacte colonial et son intention de faire partir les troupes françaises et onusiennes de son pays sont les raisons pour lesquelles la France causa sa chute et son incarcération.»


Très vrai. Sauf que, nulle part, l’auteur ne fait mention du fait que l’illustre défenseur de la souveraineté ivoirienne s’est lui-même présenté en faveur du franc CFA, dans son livre-programme de 2010 intitulé Côte d'Ivoire : bâtir la paix sur la démocratie et la prospérité. Gbagbo déclare ceci:

«Aujourd'hui, huit pays dans la sous-région, membres de l'Uemoa (Union Economique et Monétaire ouest-africaine), ont en commun la même monnaie, le franc CFA. Grâce à cette expérience, et malgré ses limites, leurs économies savent résister aux chocs extérieurs et intérieurs. Fort de cette expérience, je soutiens que rien ne devrait être entrepris pour saborder la monnaie commune ou l'affaiblir.

Tout au contraire, nos énergies doivent converger vers le renforcement de cet outil pour le rendre plus performant et donc plus attrayant. La cohabitation de cette monnaie commune aux pays de la zone Uemoa avec quatre ou cinq autres monnaies nationales est un handicap au développement rapide de la coopération sous régionale. Notre objectif doit être d'élargir la zone monétaire à tous les autres États de la sous-région.»


Certains croient peut-être rêver mais l’évidence est là: Gbagbo n’est pas moins avocat du franc CFA que Ouattara ou Sarkozy. Sauf que Gary K. Busch et la très grande majorité des critiques pro-Gbagbo savent taire ce «léger détail», en bonne conscience et en toute «objectivité».

Demi-mensonge n°3: Gbagbo a voulu rompre le «pacte colonial»

Charles Onana, journaliste français d’origine camerounaise, qui ne s’encombre pas vraiment d’impartialité et de rigueur intellectuelle dans son livre Côte d’Ivoire : le coup d’État, notamment au sujet des contrats de concession octroyés par Gbagbo aux entreprises françaises.

Onana estime globalement que Gbagbo «n’a jamais été dans la compromission avec la France [mais] a néanmoins accepté beaucoup de compromis.» Il précise aussi que, «comme tout être humain ou tout homme politique, Gbagbo a incontestablement commis des erreurs dans ses choix et ses prises de décisions.»

Sauf qu'en 415 pages, Onana ne dit rien de substantiel au sujet desdites erreurs. D'ailleurs, en prétendant que «ceux qui connaissent son humilité disent qu’il ne manquera ni de les admettre ni même de les corriger», Onana minimise ces «prises de décisions» qui, une fois édulcorées d'objectivité, soulignent l’incohérence d'un chef d'État qui n’a pas moins contribué à l’expansion du pacte colonial que ses prédécesseurs.

Quels sont les faits? Gbagbo a renouvelé les contrats de concession de l’eau et de l’électricité au groupe Bouygues, en 2005 et 2007 (après avoir offert le port d’Abidjan au groupe Bolloré en 2003 dans un cafouillage qui, en son temps, avait fait couler beaucoup d’encre). Le tout, dans les règles du contrat léonin à l’avantage de la France-à-fric, c’est-à-dire, sans appels d’offre ouverts (sauf appels d’offre «de façade», gagnés d’avance), ou en paraphant des conventions de gré à gré assortis de tous les dessous de table que l'on peut supposer, puisque ceux-ci sont typiques de la logique françafricaine.

Quelle différence éthique, légale ou économique existe-t-il entre un contrat léonin version…

- Houphouët: l’eau réattribuée en 1987 à la société française Saur (présente en Côte d’Ivoire depuis 1959, devenue filiale du groupe Bouygues en 1984), pour une durée de 20 ans, sans appels d’offre (suivant le modèle du pacte colonial signé avec la France en 1961);

- Ouattara: l’électricité attribuée en 1990 toujours à Saur pour une durée de 15 ans, sans appels d’offre;

- Bédié: les télécoms attribuées en 1997 au groupe France Telecom, pour une durée de 10 ans, après une farce d’appels d’offre international qui voit France Telecom damer le pion à la société ivoirienne Africa Bell pourtant associée au géant américain AT&T, sans que personne ne comprenne jamais comment;

- Gbagbo: l’électricité et l’eau réattribuées en 2005 et 2007 respectivement à… Saur pour une durée de 15 ans, sans appels d’offre?

L’excuse de la «pression» et du «contexte» ne pourrait-elle pas, elle aussi, s’appliquer à Houphouët, Bédié et même Ouattara (pourquoi pas?), non moins «pressés» par les intérêts français? Quelles différences entre «compromis» et «compromissions», en termes de conséquences, quand la signature de Gbagbo au bas des contrats renouvelés à la CIE (Compagnie Ivoirienne d’Electricité) et à la Sodéci (Société de distribution d'eau de la Côte d'Ivoire) est bien celle qui permet à ces deux sociétés de continuer de montrer une irresponsabilité et une incompétence dont peuvent témoigner tous les Ivoiriens victimes d’officieux délestages électriques et hydrauliques au temps T? Un «compromis» qui exploite le peuple vaut-il mieux qu’une «compromission» qui l’exploite tout autant, dépendamment de l'autorité qui l'exerce?

Onana ne s’en préoccupe même pas. Et pourtant, les fondements du coup d’État auquel il consacre sa thèse se trouvent également dans ces choix opérés par Laurent Gbagbo que l’on veut continuer, soit de justifier, soit de dissimuler.

Plaidoyer pour une objectivité salutaire

À vrai dire, ces quelques exemples montrent bien qu'il y a un manque d’objectivité contagieux dans un bon nombre d'analyses pro-Gbagbo censées «dire la vérité». Or, une critique crédible et réellement efficace est avant tout une critique qui dit toute la vérité, celle qui plait aussi bien que celle qui gêne. La recherche d'un minimum d'objectivité se distingue de la recherche d'une symétrie analytique parfaite ou d'une approche équilibriste.

Là où l'équilibrisme consiste à se contorsionner en justifications toutes aussi loufoques les unes que les autres afin d'aligner tout le monde sur le même pied d'égalité (et ne pas déranger qui que ce soit), l'objectivité critique reconnaît à chaque acteur sa part de responsabilité et n’entend pas l’en dédouaner. Le but est clair: il faut éclairer l'opinion publique de toutes les zones d’ombre présentes hier et aujourd’hui afin qu’elles ne réapparaissent pas demain.

Si l’exercice semble être un véritable mystère chez les exégètes du camp Ouattara, sa disparition, côté Gbagbo où il existe pourtant un vivier considérable d'intellectuels respectables– s’annonce au fur et à mesure que la réponse à l’imposture médiatique internationale s’exerce exclusivement dans la caricature, sans aucune autocritique.

Or, une fois toutes ces analyses confrontées et épluchées jusqu’à leur noyau– après avoir été dépoussiérées de l’amitié personnelle, de l’ambition professionnelle ou du militantisme fanatique– que reste-t-il? Il ne reste qu'une juxtaposition de demi-mots qui facilite la rédaction d’une version non moins factice de l’histoire politique de la Côte d’Ivoire que celle véhiculée par l'adversaire. Avec la promesse d'une ignorance durable: les générations à venir n’y verront que dalle.

Fabien D’Almeida

11/11/2011

Côte d'Ivoire: Crime contre l'humanité, le témoignage d'un digne fils de l'Ouest.

Emile G.jpg
Député et ministre de l'intérieur du dernier gouvernement du Président Laurent Gbagbo, l'honorable Emile Guiriéoulou fait d'importantes revélations sur les crimes de guerre, crimes contre l'humanité des pro-ouattara à l'Ouest de la Côte d'Ivoire, sa région.

Lisez cet interview réalisée par Augustin Kouyo.

N.V : L’Ouest, votre région d’origine a payé un lourd tribut à la guerre post-électorale…


E.G : Le lourd tribut que paye l’Ouest ne date pas de la période post-électorale. C’est depuis septembre 2002 que notre région souffre. De cette date à aujourd’hui, nous avons enregistré entre 8000 et 10.000 morts sans compter les viols, les destructions et pillages des biens, les profanations de nos lieux et objets sacrés. Des villages entiers ont été incendiés comme celui de Niambly près de Duékoué. Le quartier Diaye Bernard aussi appelé quartier guéré de Duékoué n’existe plus.

Des personnes portent à vie les séquelles de la barbarie méchamment déversée sur la région. Ainsi à Toulépleu, nous avons Lydie, la jeune femme à qui, en septembre 2002, les rebelles ont sadiquement proposé soit de tuer son bébé soit qu’elle donne son bras à couper. Elle a offert son bras pour sauver son fils qui a aujourd’hui 9 ans. Il y a aussi la jeune Prisca, violée par 13 rebelles et handicapée à vie.

N.V : Comment expliquez-vous cette tragédie ?


E.G : Comment expliquer cela ? Nous-mêmes nous nous posons la question. Parce que le peuple Wê ne peut être pris à défaut sur son sens de l’hospitalité et du partage pour avoir accueilli à bras ouverts des frères venus des autre régions de la Côte d’Ivoire ainsi que des pays voisins et offert à ceux-ci ses terres sans calcul ni réserve. Alors pourquoi tant d’animosité contre un peuple si accueillant ? En effet, aucun des 6 départements du pays Wê n’a été épargné.
Dans le département de Kouibly, nous nous souvenons du massacre d’une cinquantaine de paysans dans le village de Souébli-Mahébli (Soumahé) en 2002.

Pour Bangolo, l’assassinat en 2003 sur l’axe Bangolo-Duékoué de plus de 70 personnes froidement abattues alors qu’elles fuyaient les atrocités commises par les rebelles dans leurs villages sans oublier l’extermination systématique des Wê dans les sous-préfectures de Zou et Kahin.

Duékoué qui a connu le summum de l’inhumanité des rebelles avec le drame de Guitrozon et Petit-Duékoué en 2005 et plus récemment les 1000 personnes tuées par les Frci fin mars, début avril 2011. Au cours de cette période, ces forces pro-Ouattara qui ont opéré à Duékoué avaient manifestement une volonté d’extermination systématique des Wê, un vrai génocide, comme l’attestent les nombreux témoignages recueillis.

Guiglo n’a pas échappé à la barbarie avec notamment ces 20 personnes tuées nuitamment en 2007 dans leur campement dans le village de Zouan. A Kaadé, Guinkin, Bédi-Goazon, les populations pleurent encore ce chef de village décapité dont la tête a été emportée par ses meurtriers, ou ce bébé « râpée » sur une broyeuse de manioc ainsi que les nombreux morts et disparus.

Bloléquin : Zéaglo, Béoué, Pohan, Doké, Blédi-Diéya, etc. chaque village du département a son lot de martyrs de 2002 et de 2011.

Toulépleu, avec ses centaines de morts en 2002 et près de 150 personnes exécutées en 2011, a décidé de ne jamais oublier en érigeant des monuments à ses morts à Sahibli, Guiéllé et Séizaibli.
Ces populations sont-elles punies pour leur engagement politique en faveur du Président Laurent Gbagbo ? Ce serait alors grave pour la démocratie et même pour l’avenir de la Cote d’Ivoire en tant que nation. Peut-être aussi que les gens ne pardonnent pas aux Wê d’avoir refusé la rébellion armée en 2002 dans leur région mais surtout de s’être organisés pour non seulement résister mais repousser les rebelles envahisseurs afin de mettre fin au génocide des leurs.

N.V : N’y a-t-il pas d’autres raisons ?


E.G : Nous continuons de nous interroger et le temps nous permettra certainement de trouver une réponse. Mais des pistes commencent à se dessiner. En effet, quand un ministre de la République, en l’occurrence le ministre de la défense Koffi Koffi Paul, répondant aux populations de Taï meurtries par les tueries qui venaient d’y être opérées et qui se sont confiées à lui sur les exactions et méfaits des Frci leur dit : « ceux qui ne veulent pas voir les Frci n’ont qu’à changer de pays et aller vivre ailleurs » que doit-on en penser ?

Surtout quand ces propos menaçants et méchants rappellent étrangement ceux tenus il y a une vingtaine d’années par Léon Konan Koffi, lui aussi ministre de la défense à l’époque, toujours à Taï quand cette localité avait été attaquée. Alors nous nous interrogeons : veut-on par ces massacres massifs, répétés et ciblés contraindre les populations Wê à « changer de pays et aller vivre ailleurs » en abandonnant leurs terres afin que d’autres se les approprient ?

Le journal français Le Nouvel Observateur dans sa livraison du 12 mai 2011 sous la plume du journaliste Jean Paul Mari qui a fait un reportage sur Duékoué parle « d’une épuration ethnique » et nous en donne des détails éloquents du genre « laissez-nous faire. On va en finir avec ces agoutis » ou bien « on va vous tuer tous, jusqu’au dernier » ou encore « nous prendrons vos femmes, vos terres, vos champs et vous mangerez de la boue ».

Mais Dieu est grand, cela ne se réalisera jamais car un adage Wê dit que « les poissons ne finissent jamais dans la rivière ». Je salue donc tous ces parents, ceux restés au pays comme ceux réfugiés au Liberia. Je leur adresse ma compassion, les assure de mon soutien et de ma solidarité dans ces moments difficiles qu’ils traversent. Malgré l’éloignement, je suis à leurs côtés et leur demande de continuer de demeurer dignes malgré la douleur qui les étreint et les difficultés du moment, de ne pas céder au découragement afin d’honorer la mémoire de nos nombreux martyrs. Mais également d’être sans haine ni rancœur.

Pour lire l'interview complète, cliquez ci-dessous.

Lire la suite

03/09/2011

ONU: Origines et vicissitudes du « droit d’ingérence »; Interventions militaires en Libye et en Côte d’Ivoire

Anne-Cécile Robert.jpg

En moins d’un mois, l’Organisation des Nations unies (ONU) a autorisé par deux fois le recours à la force, en Libye et en Côte d’Ivoire. Exceptionnelles, puisque la Charte de l’ONU prône le règlement pacifique des différends, ces décisions sont fondées sur la récente reconnaissance du « devoir des Etats de protéger les populations civiles ». L’ONU serait-elle en passe de valider un « droit d’ingérence » à géométrie variable ?

Par Anne-Cécile Robert

« J’ai donné l’ordre de prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’usage d’armes lourdes contre la population civile », déclare le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), M. Ban Ki-moon, le 4 avril 2011. Quelques heures plus tard, à Abidjan, les hélicoptères de combat de l’ONU et la force française Licorne se joignent à l’offensive des troupes de M. Alassane Dramane Ouattara contre celles du président sortant Laurent Gbagbo.

Dans les couloirs de l’organisation, à New York, cette décision suscite un certain malaise. Si la résolution (n° 1975) du Conseil de sécurité qui la fonde a été adoptée à l’unanimité, le 30 mars 2011, des fonctionnaires expriment des doutes quant au pouvoir du secrétaire général de donner un tel « ordre » (qui reviendrait au seul Conseil de sécurité) et soulignent l’ambiguïté de l’expression « mesures nécessaires ». La grande liberté que laisse celle-ci aux acteurs engagés au nom de l’organisation fait craindre des dérives. « Ce n’est pas dans la culture des Nations unies de mener des actions militaires fortes ou de prendre parti dans une guerre civile. La Libye, puis la Côte d’Ivoire : cela commence à faire beaucoup », confie un fonctionnaire qui souhaite garder l’anonymat (1). Un autre ajoute : « Il ne faudrait pas que le recours à la guerre se banalise. »

Lire la suite